TOUTE PLAIE DE LA MAIN SITUEE EN REGARD D’UN TRAJET NERVEUX, VASCULAIRE OU TENDINEUX DOIT ETRE IMPERATIVEMENT EXPLOREE CHIRURGICALEMENT.

Cette exploration sera réalisée par un chirurgien de la main, sous anesthésie loco régionale dans le cadre d’une hospitalisation ambulatoire. En attendant cette exploration, la plaie doit être idéalement lavée ( à l’eau claire ou au savon de Marseille ), enveloppée dans un pansement stérile ( ou à défaut dans un torchon propre ). Il ne faut pas hésiter à positionner ce pansement de manière légèrement compressif en cas d’hémorragie importante.

Les plaies de la main sont potentiellement graves et sont susceptibles de laisser des séquelles plus ou moins importantes lorsqu’elles n’ont pas été prises en charge de manière adaptée. A l’inverse dans la majorité des cas, une guérison peut être possible lorsque les étapes du diagnostic et du traitement ont été correctement suivies.

Les étapes de cette exploration chirurgicale sont les suivantes :
– le parage (des berges cutanées, lavage articulaire, excision des portes d’entrées).
– l’exploration de la plaie.
– la réparation des éléments nobles lésés, faisant souvent appel à des techniques micro-chirurgicales.
– la suture cutanée qui devra parfois être associée à un geste de couverture cutanée en cas de perte de substance ( greffe, lambeau ). Dans les plaies avec un risque septique majeur ( morsures), il peut arriver qu’un simple débridement soit effectué sans fermeture cutanée.
– l’immobilisation post-opératoire n’est pas systématique. Elle dépend de l’importance et du type de lésion des éléments nobles. Lorsqu’elle est nécessaire, elle doit être la plus courte possible afin d’éviter la formation d’adhérences génératrices d’enraidissement des chaînes digitales. La rééducation doit être la plus précoce possible et réalisée préférentiellement par un kinésithérapeute spécialisé dans ce type de pathologie.