La maladie de Dupuytren est une fibrose rétractile de l’aponévrose palmaire de la main (l’aponévrose est une membrane située entre les tendons fléchisseurs et la paume). Elle entraîne progressivement une rétraction et une flexion irréductibles des doigts. Elle se manifeste par la formation de nodules et de brides situés dans la paume et/ou à la face palmaire des doigts.

Quelles sont les causes de la maladie de Dupuytren ?

– Il s’agit essentiellement d’une maladie héréditaire, touchant préférentiellement l’homme. L’évolution est très variable : quelques mois ou à l’inverse plusieurs années peuvent être nécessaires pour voir apparaître une flexion progressive des doigts, conséquences des propriétés rétractiles de la maladie. Tout doigt peut être atteint avec une prédominance pour l’annulaire et l’auriculaire.

Quels traitements peut-on proposer pour une maladie ?

Aucun traitement médical n’a donné satisfaction à ce jour. Seul le traitement chirurgical peut permettre une correction des déformations digitales.
La chirurgie devient nécessaire lorsque la maladie de Dupuytren devient gênante dans les activités quotidiennes du patient, voire douloureuse lors des mouvements de préhension forte ( pression exercée sur les fibres et les nodules formés par la maladie ). L’indication chirurgicale est également posée lorsque le patient ne peut plus mettre à plat sa main en raison des déformations irréductibles en flexion des doigts.
Toute intervention chirurgicale peut être réalisée selon deux techniques :
– l’aponévrotomie à l’aiguille qui est une technique simple, peu invalidante, réservée aux cas simples de la maladie de Dupuytren et consistant à sectionner la bride rétractile à travers la peau, avec une aiguille tranchante. Cette technique est séduisante car peu agressive mais les récidives sont fréquentes car le tissu malade reste en place. Elle doit donc etre pratiquée avec parcimonie.
– L’aponévrectomie reste la technique de référence car elle permet une exérèse complète des tissus malades, tissus à l’origine des déformations en flexion des doigts.
Il s’agit d’une intervention en ambulatoire ( le patient ne dort pas en clinique ), sous anesthésie loco régionale ( seul le bras est endormi ). Elle consiste en une excision des fibres et/ou des nodules. La rétraction des doigts peut s’accompagner d’une rétraction cutanée, impliquant la réalisation de gestes compensant ce manque de peau ( greffe, lambeau ).
En post-opératoire, 48 heures après l’intervention, les séances de rééducation sont débutées précocement afin de récupérer au plus vite les mobilités des chaînes digitales opérées. Les séances de rééducation peuvent être accompagnées d’un appareillage spécifique qui permettra de finir la réouverture du doigt, lorsque la chirurgie seule ne l’a pas permis ( dans les formes sévère de la maladie de Dupuytren ).

Quelle est l’évolution après le traitement chirurgical ?

Lorsque l’intervention est réalisée suffisamment précocement, c’est-à-dire sur une rétraction modérée des doigts, elle permet une récupération de l’extension complète des doigts opérés. Le temps de récupération de la fonction de la main pour l’usage courant est habituellement de trois à quatre semaines. La durée doit être doublée pour un travailleur de force.
Lorsque la maladie de Dupuytren est évoluée, on peut s’exposer à une récupération incomplète de l’extension des doigts, meme en associant chirurgie et appareillage avec le kiné. Le risque de récidive et/ou d’extension à d’autres doigts existe, indépendamment de la qualité du travail chirurgical.
Dans les formes avancées de la maladie, la dissection des structures anatomiques pendant l’intervention est souvent difficile et il peut arriver que le chirurgien sectionne accidentellement le nerf d’un doigt. Même après réparation micro-chirurgicale, il se peut que la sensibilité ne soit jamais tout à fait normale, d’où l’intérêt d’une intervention précoce en cas de maladie de Dupuytren.
Enfin la maladie de Dupuytren peut s’associer à d’autres pathologies identiques touchant d’autres segments du corps : la maladie de Ledderhose touchant la plante des pieds et la maladie de Lapeyronie touchant les corps caverneux et entraînant une déformation de la verge..