Le kyste mucoïde du doigt est une tuméfaction du doigt, qui apparaît généralement à l’extrémité, juste au-dessus de l’ongle. Ce problème peut très rapidement évoluer et dégénérer. 

Souvent, ce kyste est dû à l’arthrose du doigt,  qui touche la dernière articulation de votre doigt. Ce problème peut entraîner une compression de votre ongle, et c’est à cause de cela que le problème peut évoluer en infection. Le kyste en lui-même n’est pas un problème très grave, mais encore une fois, s’il évolue en infection, il faut agir très vite. 

Diagnostic

Pour poser le diagnostic du kyste mucoïde du doigt, il faut un examen clinique. Le professionnel de santé observe la tuméfaction, ainsi que la déformation de l’ongle, afin de déterminer s’il y a une compression de l’ongle pouvant dégénérer en infection. 

Il est aussi possible d’effectuer une radio en complément, afin de pouvoir analyser l’évolution de l’arthrose à la base du problème. 

Prendre soin de ses mains

Traitement

Pour soigner le kyste, il y a plusieurs possibilités. En effet, si le kyste ne gonfle pas, n’entraîne pas de déformation, et ne provoque pas de douleur, il n’est pas forcément utile de mettre en place un traitement. Mais si le kyste gonfle, s’il est douloureux, ou s’il entraîne une déformation de votre ongle, dans ce cas il faut passer par l’opération chirurgicale. 

L’intervention chirurgicale se fait en chirurgie ambulatoire, et avec une anesthésie locale. Ensuite, une incision est effectuée de manière à retirer le kyste dans son intégralité. Il est aussi possible de limer les os, afin de diminuer le frottement, et donc faire ralentir l’évolution de l’arthrose. Et il est aussi possible de remplacer la peau trop fine au niveau du kyste, pour la remplacer avec une peau plus épaisse, prise sur le côté du doigt. 

À la suite de l’opération, le pansement doit être changé tous les deux jours pendant quinze jours. 

Pour ce qui est des complications des suites de l’opération, sachez qu’une infection est toujours possible, mais elle est très rare. Il y a aussi 5 à 10% de risque de récidive. Et en cas de problème, il est possible que la cicatrisation soit plus longue, et il peut aussi arriver qu’une deuxième intervention soit nécessaire pour régler le problème.